Harry Callahan, via Les caprices de la muse « LE CLOWN LYRIQUE.